• Un petit 200 km le 31/12 ???????????

     

     

    Esprit Randonneur est un lieu pour les cyclistes amateurs d’évasion. Il a été mis en ligne par Adriana, passionnée de la communication sur le Web, et Yannig, passionné de la longue distance. Nous avons pour objectif de rassembler tous les accessoires qui sont utiles aux cyclistes randonneurs.

    Dans le blog vous trouverez des infos complémentaires sur les produits que nous proposons, mais aussi des trucs et astuces, des bons plans, des compte-rendu de randonnées et des articles sur des randonnées à venir.

    Pour une présentation plus détaillée vous pouvez aller voir ce lien

     

    Cela s'est passé le 21/12 :

    Randonnée du solstice d´hiver

    Pour le mois de décembre, Jean Pierre Mary de l’union cyclotouriste de Touraine a eu l’idée d’organiser pour les amateurs de dodécaudax une randonnée de 200km au départ de Tours pendant la nuit du Solstice. Me connaissant, toute tentative de résistance à une offre pareille était futile et je me suis empressé d’accepter.

    Préparatifs

    Montage roue dynamo.

     

    Avec au moins 10 heures de routes de nuit au programme, il était grand temps de mettre en application mon plan de monter une roue avec un moyeu SV8. La jante et les rayons ont mis une semaine à venir et il me restait juste 24 heures pour tout assembler. La loi de murphy est entrée en action : mon calcul pour la longueur des rayons était approximatif (trop courts) rendant la tâche du montage plus longue. Pour compléter l’éclairage je décide de monter une cyo licht 24 dans le but de la tester.

    La nuit la plus longue

    Je prends le train pour St Pierre des Corps via Nantes et arrive juste à l’heure au stade municipal de Tours où je fais connaissance avec Jean Pierre qui n’était encore qu’une connaissance « électronique » car nous avions correspondu pour la promotion du douze cents du massif central sur yacf sans jamais nous rencontrer. Nous sommes neuf cyclos pour huit paires de roues - c’est à dire 7 vélos et un tandem – et on sort de Tours pour longer la Loire vers l’Est ; alors que je commence à connaitre un peu les autres et bien qu’ayant quelques brevets respectables dans les mollets, je réalise vite que je pourrais être qualifié de débutant vu l’expérience des autres. Le nombre de diagonales, Paris Brest Paris cumulés par tous est impressionant, néanmoins personne n’a la grosse tête, la compagnie est trés bonne et je me demande si c’est un certain sens de l’humour ou une certaine folie douce qui nous pousse à passer la nuit la plus longue de l’année sur nos vélos.

    Pssschht!

    Aprés avoir longé les bords de Loire vers l’Ouest une petite montée nous attend, elle se passe sans problème, on s’éloigne peu à peu de la banlieue Orléanaise et les routes deviennent de plus en plus rurales. Dans la descente qui suit pour reperdre le dénivellé gagné auparavant, mon vélo commence à se comporter bizarrement et trés rapidement je dois me mettre à l’évidence que j’ai crevé à l’arrière. Malgré la vitesse importante la nouvelle de la crevaison passe à temps et tout le monde s’arrête un quart d’heure le temps de changer de chambre à air et d’extirper le morceau de fil de fer qui s’était planté dans mon pneu.

    Rouleur moi?

    Une fois en route, Jean Pierre nous annonce que c’est tout plat jusqu’à la pause repas mais je ne suis pas sûr de partager l’enthousiasme des autres. Alors qu’ils s’en donnent à coeur joie, je me retrouve à me mettre dans les roues pour rester dans le groupe en m’abritant du léger vent contraire. Je ne suis pas exactement léger donc ne devrais pas être si mauvais rouleur que cela mais sans doute faute d’habitude, dans un groupe je suis à la peine dès que ça s’aplatit. Heureusement pour moi après 2h30 de plat à rouler relativement fort, on arrive à 1h du matin chez Jean Pierre pour le très anticipé repas que nous a préparé Pascale. Soupe au potimarron, crudités, gratin, tarte aux pommes, un café pour finir et on repart le ventre plein après 1h30 de pause.

    Here comes the rain again!

    La randonnée continue, je devine dans l’obscurité que nous traversons des villages pleins de charme et ça me donne envie de revenir silloner les routes de Touraine que je ne connais pas, je me dis aussi qu’il va falloir que je me mette aux diagonales tôt ou tard pour mieux connaitre les paysages de mon pays. Météo France avait dit 4h du matin et à l’heure précise pour paraphraser Annie Lennox « Here comes the rain again – Voici encore la pluie ». En fait quand on fait dans le dodécaudax, il ne faut pas s’en étonner et pour l’instant ça fait 3 sur 3 pour moi. Dans ma précipitation j’avais oublié mes sur-chaussures mais avec moins du tiers de la randonnée restant le moral est bon et il fait relativement doux pour une nuit de décembre. Une crevaison du tandem plus tard et nous rejoignons la Loire en amont de Tours pour un final facile et une randonnée de 200 km et 1480m de dénivellé au GPS.

     

    Allez, les amis, à nous de jouer SI LES CONDITIONS SONT BONNES,

    BONNE SANTE ET BONNE ANNEE 2013

    Mimi et danicau 

     

  • Adieu Raymond

     

     

    Grosse pensée aujourd'hui pour Raymond Vallée.

     

    C'est à Raymond que je dois ma passion pour les longs brevets pour preuve

    la photo ci-dessous lors de mon premier long brevet TOURNAI COL DU

    BONHOMME TOURNAI 1000 km en 1983.

     

     

     

    Raymond se trouve à la deuxième rangée 5 éme à partir de la gauche et

    votre serviteur danicau à la première rangée 1 er à partir de la droite.

     

    Les funérailles de Raymond auront lieu à Tournai ce jeudi 20 décembre à

    11.00 h.

    Allez Raymond, garde tes habitudes et prépare nous de beaux circuits là-haut.

     

    Bel hommage rendu par André TIGNON deuxième rangée 1 er à gauche sur 

    son site :   http://tignon.andre.free.fr/

  • VIVE 2013

    Bonjour les amis,

     

    Nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin

     

    d'année,

     

    Joyeux Noël et pleins de bonnes choses pour

     

    l'année 2013.

     

    mimi et daniel

  • Occupation Hors saison

        

    Avec l'article ci-dessous, vous comprendrez pourquoi en période "hors saison", je fais du RPM au centre :

    FIT FOR FUN

    Avenue de Maire, 175,

    B 7500 TOURNAI (BELGIQUE)

    0032 69 216226

     

    http://www.fitforfun.be/tournai

     

     

     

     

     

    Pour progresser à vélo, il ne faut pas se contenter pas de sorties longues à faible intensité, il faut aussi réaliser des séances intenses.

    Les performances

    Les performances, sur courte vs longue distance, plat vs montagne, etc, dépendent...

    • de la consommation maximale d'oxygène (VO2max),
    • de la puissance critique (F),
    • du coût énergétique (CE).

    Fartlek

    La consommation maximale d'oxygène (VO2max) représente le débit maximum d'oxygène que les muscles sont capables de consommer, sachant que l'aptitude à fournir un effort intense dépend de cette capacité à prélever, transporter et utiliser l'oxygène depuis l'air ambiant aux muscles, laquelle dépend des systèmes respiratoire (faiblement), musculaire (moyennement) et surtout cardiovasculaire (force cardiaque et concentration sanguine en globules rouges).

    La plus haute intensité d'exercice qui peut durablement être soutenue représente la puissance critique (F). Une fois dépassée cette zone d'intensité, la ''machine s'emballe'', la fatigue arrivant plus ou moins rapidement. La puissance critique dépend en particulier de l'état des réserves énergétiques : de faibles stocks de glucose empêchent de durablement soutenir un haut niveau de performance.

    Le coût énergétique (CE) est la quantité d'énergie dépensée pour parcourir une distance donnée. L'avancement étant effectivement contrarié par certaines résistances. Sur le plat, une grande quantité d'énergie (90 % environ) ''lutte'' contre les résistances de l'air (seuls 10 % de l'énergie dépensée servent alors à avancer). Une grande quantité d'énergie sera également dépensée en montée pour finalement avoir une faible vitesse de déplacement.

    Leur intérêt

    Les séances intenses permettent de :

    • augmenter les puissances maximales d'oxygène et critique,
    • diminuer le coût énergétique.

    En les pratiquant régulièrement, les séances intenses rend le sportif plus à même de durablement soutenir un haut niveau de puissance et ce, tout en dépensant moins d'énergie.

    Les séances intenses sont utiles :

    • pour progresser, l'organisme doit être constamment ''surpris''. Les séances intenses rompent le rythme des sorties longues,
    • être capable d'accélérer,
    • ne pas subir les ''attaques'' des autres concurrents.

    En pratique

    Les séances intenses peuvent prendre différentes formes : interval-training, fractionné, fartlek, etc, le principe reste le même : répéter des fractions d'efforts intenses, entrecoupées par des périodes de récupération réalisées à faible intensité.

    >> Dossier : Le fartlek ludique

    Ce travail sous forme d'intermittent permet de :

    • rapidement améliorer sa capacité de performance,
    • réaliser un important volume à haute intensité,
    • se renforcer mentalement : supporter la douleur, la gérer et même apprendre à l'aimer !
    • réaliser un entraînement ''ludique'' : pas le temps de s'ennuyer lors d'une séance d'intermittent !

    Afin d'atteindre l'objectif recherché, certains éléments doivent être pris en compte lors de la programmation d'une séance d'intermittent :
    - La durée et l'intensité des fractions d'effort. Elles dépendent du type de travail réalisé : inférieures à la minute pour de l'intermittent court, dont l'intensité correspond à un effort ne pouvant être soutenue plus de trois minutes. L'intermittent moyen voit ses fractions d'effort comprises entre 1 et 3 minutes, à une intensité qui peut être soutenue une petite dizaine de minutes. L'intermittent long, lui, voit ses fractions d'effort durer plus de 3 minutes (et pouvant aller jusqu'à 30 minutes), à une intensité pouvant être soutenue 45 minutes environ.
    - La durée des fractions de récupération est égale (intermittent court et moyen) ou légèrement inférieure à celle de l'effort (moitié voire un tiers pour l'intermittent long).
    - La récupération entre les répétitions et les séries étant active, tenir une conversation ne devant pas être possible.

    Qu'en attendre ?

    Nous ne sommes pas tous égaux en réponse à des séances intenses : certains vont rapidement et très bien réagir à l'intermittent, d'autres moins...voire beaucoup moins !
    Cette aptitude à progresser est liée à des facteurs génétiques et environnementaux. L'alimentation par exemple : déficitaire en certains acides gras, les bénéfices de l'entraînement seront limités.

    Rédigé par : , Entraîneur, préparateur physique et conseiller en nutrition, consultez son site Internet : http://www.optimum-training-system.fr/