• Le froid est là..........................

     

     

    Track and News

    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les petits problèmes rencontrés par temps froid sans jamais avoir osé le demander ….

    Un petit rappel pour commencer concernant la physiologie de l’organisme en présence de températures froides.

    Quand la température ambiante est suffisamment basse pour entraîner une diminution de la température centrale en dessous de 37°C, on observe une vasoconstriction cutanée qui permet d’isoler les tissus périphériques du compartiment central en créant un gradient thermique entre la peau et les viscères profonds (cœur, cerveau, reins). La vasoconstriction s’accompagne d’une hypertension artérielle et d’une augmentation du tonus sympathique (système nerveux autonome) qui se traduit en particulier par une accélération du rythme cardiaque. La vasoconstriction a pour but principal de limiter les pertes d’énergie calorifique vers l’extérieur (comme les murs d’une maison que l’on chercherait à isoler).

    L’activité cardiaque augmente ainsi que les besoins du cœur en oxygène. La production de chaleur peut dépendre soit de l’augmentation de l’activité musculaire squelettique (frisson thermique ou activité physique volontaire), soit d’un accroissement du métabolisme. Le tissu adipeux et certaines hormones participent à l’augmentation du métabolisme énergétique : les hormones thyroïdiennes, les catécholamines (adrénaline), les glucocorticoïdes, le glucagon. Les hormones thyroïdiennes en particulier interviennent plus dans l’acclimatation au froid que dans la réponse de thermorégulation immédiate.

    Pourquoi mes sinus sont-ils encombrés pendant la course (ou pourquoi faut-il souvent se moucher par temps froid ?

    L’air inhalé très froid rentre dans les cavités aériennes sinusales. Les sinus ont une température de fonctionnement proche de celle du corps humain, soit 37°C. L’air froid rentrant dans les sinus, va donc se condenser sur leurs parois entraînant la production de liquide. C’est un phénomène classique de condensation, identique à celui de la buée présente sur quelqu’un portant des lunettes passant de l’extérieur à une pièce chauffée.

    Track and news

    Pourquoi je tousse quand il fait froid ?

    Lors de températures très froides, l’air inhalé pénètre dans les bronches entraînant leurs vasoconstrictions. En un mot, elles vont diminuer leur diamètre afin de limiter l’inflammation bronchique liée à l’air très froid et surtout d’éviter au maximum l’effet de condensation (décrit ci-dessus). En conséquence de quoi et pour imager mon propos, le poumon va tout faire pour éviter de “se noyer“ dans ses propres sécrétions. Pour rappel, la muqueuse bronchique a un confort de fonctionnement à 37°C ! …

    Grossièrement, voilà comment fonctionne la toux :

    • Elle est déclenchée par la stimulation de récepteurs

    ◦ Récepteurs d’irritation (stimulis mécaniques (froid, présence de sécrétions, …) et chimiques)au niveau des grosses bronches, trachée, nez, pharynx, larynx

    ◦ Récepteurs alvéolaires nociceptifs

    ◦ Mécano-récepteurs: plèvre, diaphragme, péricarde

    • Elle va entraîner une inspiration profonde (2.5 L) pré et post-toux
    • Elle met en jeu une contraction puissante des muscles expiratoires (abdominaux, intercostaux).
    • Expiration explosive (100-160 km/h..)

    Lorsque les températures hivernales sont extrêmement froides, l’air inhalé n’a pas le temps d’être complètement réchauffé par les voies nasales et donc l’air arrive très froid au niveau des poumons. Afin de limiter cette toux, l’idéal est de préchauffer l’air extérieur en portant un buff ou une protection nasale créant une barrière thermique chaude.

    Pourquoi mes cuisses ou mon torse deviennent-ils rouge pendant ou après mes séances de course à pied dans le froid ?

    Le froid entraîne une vasoconstriction réflexe des artères les plus exposées. Et c’est bien la peau qui va en pâtir. Les parties du corps les plus en prise avec le froid et donc les plus exposées aux réactions cutanées de tout genre (marbrures, plaques rouges, …) sont donc le tronc, le visage et les jambes.

    Pourquoi ai-je l’impression d’avoir les jambes plus dures par temps froid ?

    Le phénomène décrit ci-dessus s’applique également aux artères vascularisant les muscles, même si ces derniers sont plus en profondeur. Ce qui signifie que la quantité d’oxygène et d’énergie arrivant au muscle est moindre qu’à une température plus chaude. En conséquence de quoi, le coeur va donc devoir battre plus vite pour amener l’oxygène et l’énergie. Mais parfois lorsque les températures sont extrêmement froides, cette adaptation du coeur ne sera pas suffisante et le muscle sera donc en dette d’oxygène et d’énergie provoquant l’impression de contractures voir dans de rares cas de crampes.

    En conclusion, couvrez-vous

    http://www.trackandnews.fr/

     

     

  • Patrick PLAINE

     

     

    Patrick PLAINE, un grand Monsieur,

     

    Film reçu de sa nièce et que je tiens à vous faire partager et profiter des

    bons moments de Patrick.

     

    http://www.dubfilms.fr/roule_toujours.html

     

    A méditer

     

     

    incroyable...ce mec est vraiment un vrai de vrai...

     

    je viens de visionner le film du début à la fin...comme un bon livre qu'on lit d'une traite...

     

    chapeau bas.

     

    j' admire son mental et son sentiment de liberté .

     

    Didier (un audax).

     

     

     

     

  • JANVIER : les choses sérieuses commencent

    Bon nombre d'entre nous profite de la période d'après - fêtes de fin d'année pour donner un point de départ à leur saison sportive avec une motivation certaine. Même si cet effet est d'abord psychologique (culpabilité vis-à-vis de nos écarts nutritionnels !), il demeure intéressant de profiter de cet élan du mois de janvier pour faire le bilan de la saison écoulée, planifier rationnellement les objectifs à venir et programmer le planning.

    Réaliser un bilan de la saison passée...

    Que vous soyez compétiteur ou cyclosportif, l'activité cycliste fonctionne beaucoup par saisons. Trop souvent, nous nous enfermons dans nos habitudes et nous ne prenons pas le temps d'analyser et de faire le bilan des saisons passées. Prenez le temps de refaire le film de votre saison, les réussites, les échecs, et imaginez des solutions pour continuer à progresser. Prenez également le temps de bien analyser votre pratique personnelle. Le bilan ne doit pas se résumer à un simple résultat que vous auriez fait, mais davantage à une somme de performances (ex : avoir franchi le Tourmalet, avoir fait 200 km...) que vous auriez réalisées ou non durant l'année. Ainsi vos objectifs futurs seront plus proches de votre pratique et votre motivation sera fondamentalement plus solide.

    Une planification rationnelle

    Elément fondamental, la planification de vos objectifs est la première étape pour une reprise qualitative. Il est important de donner le maximum de repères temporels à votre cerveau afin qu'il puisse programmer de manière autonome les temps forts et faibles de l'année. En premier lieu, réalisez le calendrier de vos compétitions ou événements et inscrivez-y l'ensemble de vos contraintes professionnelles et familiales. Généralement, la passion nous pousse à oublier le côté extra-sportif de notre pratique et pourtant, c'est souvent par ce biais que nos objectifs sont voués à l'échec. En d'autres termes, synchronisez méthodiquement votre planning professionnel et familial, et comptabilisez sommairement l'ensemble des créneaux possibles pour la réalisation de vos séances d'entraînement. A partir de là, il vous sera plus facile de vous rendre compte de vos possibilités de programmation, et donc de planifier un objectif à la hauteur de vos capacités. N'oubliez pas qu'un objectif trop élevé sera préjudiciable à votre motivation car il vous mènera trop souvent à l'échec et qu’un objectif sous-évalué ne vous bousculera pas au-delà de vos limites. Vous ne progresserez donc pas, d’où l'importance d'avoir une certaine honnêteté vis-à-vis de vos capacités et des objectifs à atteindre.

    Multi-activités, la clef d'une reprise ludique et qualitative.

    Le mois de janvier est idéal pour inclure dans votre préparation physique une dose de multi-activités ou multisports. Le stéréotype du cycliste à "grosses cuisses et petits bras" est dépassé. Aujourd'hui, tous les cyclistes de haut niveau s'attèlent à redevenir des athlètes avant de reprendre sérieusement l'activité vélo lors de leur reprise. Les bienfaits d'une bonne condition physique générale sont prouvés depuis longtemps. En effet, d'une part, une bonne condition physique va vous permettre de vous sentir mieux sur le vélo, d'avoir des points d'appui plus efficaces (fixation du bassin, position sur le guidon...) le rendement de votre coup de pédale va s’en ressentir (voir technique de pédalage). D'autre part, un corps musculairement équilibré va moins subir les contraintes mécaniques liées à la pratique cycliste. Les cadres, les roues, les selles sont de plus en plus rigides et les problèmes musculo-squelettiques sont fréquents en cours de saison, quand les organismes sont affûtés et fatigués. Avoir une bonne condition physique est le meilleur moyen de prévenir tout cela.

    Le choix des activités à réaliser est vaste et, spécifiquement, aucun sport n'est préjudiciable pour la préparation d'une saison cycliste ; au contraire, profitez de cette période pour réaliser des sports que vous n'avez pas la possibilité de faire au cours de la saison. Globalement, nous pouvons dissocier deux familles de sports:

    • Les sports à dominante "aérobie" : course à pied, trail, ski de fond, musculation en séance cardio, marche nordique, VTT, roller, cyclo-cross ...
    • Les sports à dominante "renforcement musculaire " : musculation, fitness, natation, yoga ou pilates, sport collectif, sport de raquette...

    Une bonne préparation physique générale (PPG) doit passer par la combinaison des deux familles de sports. Les sports à dominante "aérobie" sont les plus proches de l'activité vélo. Le principe est simple : entretenir, voire même développer l'activité cardio-ventilatoire en réalisant un autre sport que le vélo. Ainsi, un footing d'une heure remplace amplement une sortie de 2h de vélo dans la fraîcheur du mois janvier. Le but recherché est avant tout psychologique. En effet, rendre ludique et fun la reprise est le meilleur moyen de repousser la monotonie de votre pratique, tout en préparant l'organisme à la saison estivale où les séances vélo seront plus conséquentes.

    Les sports à dominante " renforcement musculaire" sont moins ancrés dans notre pratique en tant que cyclistes et pourtant, beaucoup de qualités développées par ces sports sont transposables aux fondamentaux du vélo. Par exemple, la pratique d'un sport de raquette comme le squash permet de travailler les appuis, les changements de rythme, ce qui se ressentira considérablement sur le vélo après avoir fait votre cycle de foncier. De plus, ces sports sont souvent réalisés en salle. C'est un avantage non négligeable lors de la période hivernale, car cela permet d'ajouter une à deux séances en semaine après le travail, ce qui agrémente considérablement la qualité de votre plan d'entraînement hebdomadaire.

    Le home-trainer : un outil de substitution, mais pas seulement...

    Le home-trainer est souvent considéré comme un outil de substitution contre les intempéries ou le manque de temps pour aller en extérieur. Oui, mais pas que... le home-trainer est aussi un outil permettant de faire un travail de qualité et de standardiser des séances-type. Il est vrai que faire du "rouleau dans son garage en plein hiver", n’a rien de fun mais si vous voulez avoir un plan d'entraînement complet, son utilisation devient indispensable.

    Le frein magnétique permet une résistance linéaire sur la roue dans toutes les conditions de pédalage. Ce sont les conditions idéales pour réaliser un travail qualitatif, soit pour des séances d'intermittent (ex: 6 x (2' à allure soutenue + 2' récupération)), soit pour des séances à dominante force et vélocité (ex: Pyramide 1',2',4',2',1' en force 50 rpm et vélocité 95 rpm temps de travail = temps de récupération). A partir de là, une à deux séances par semaine permettent de garantir la réalisation de la thématique en cours dans des conditions identiques (ex: PMA, force vélocité, Sprint...). L'intérêt est double : d'une part, la séance sur home-trainer paraît moins usante surtout mentalement, car vous êtes concentré sur votre spécifique. D’autre part, vous garantissez la réalisation de vos séances en extérieur majoritairement en endurance de base, synonyme d'une base foncière correctement réalisée.

    Conseil : organisation d'une séance de home trainer.

    • Ne jamais dépasser 1h à 1h15 par séance : l'organisme monte considérablement en température et la thermorégulation est limitée du fait que la pratique se déroule sans déplacement. S’il vous est nécessaire d'augmenter votre volume d'entraînement, optez pour un biquotidien (matin-après midi) sans négliger l'apport hydrique tout au long de la journée.
    • Aidez-vous ! La réalisation de séances de home-trainer peut paraître lassante. N'hésitez pas à utiliser des moyens détournés pour occuper votre esprit tels que la musique ou la télévision.

    Vous l'aurez compris, la période hivernale est essentielle au bon déroulement de votre saison et pourtant, c'est la période la moins adaptée à la pratique du vélo. Il faut sans cesse ruser pour organiser au mieux le temps qui est à votre disposition afin de préparer avec sérénité les périodes plus denses en volume d'entraînement. Quoi qu'il en soit, gardez à l'esprit que le manque de temps est l'occasion de rendre votre pratique plus qualitative et qu'il vaut mieux travailler un peu régulièrement que beaucoup de temps en temps.

    Article provenant de :

    www.overstims.com

     

     
     

     

  • L'équipement hivernal du cycliste

               

    C’est l’hiver, la pluie voir la neige, le froid, le vent, sont des conditions particulièrement éprouvantes pour évoluer en cyclisme et préparer la saison prochaine. Il est nécessaire de privilégier quelques accessoires et vêtements pour vos sorties hivernales afin de ne pas subir un calvaire et progresser.

    La culotte longue et chaude

    L'équipement hivernal du cycliste

    Votre choix devra se porter vers une culotte coupant le vent, mais aussi capable de maintenir votre chaleur corporel. L'important également est de privilégier une culotte étanche à l'eau. La présence d'une peau épaisse avec ou sans coutures est un excellent gage de confort. Il faut aussi que le cuissard soit très bien ajusté au niveau des parties pour ne pas subir d'échauffements.

    Préférez les cuissards avec bretelles, ils facilitent une bonne respiration avec le ventre. Acheter celui-ci avec des bretelles en Mesh sur la partie haute du corps afin de faciliter la ventilation et le rejet de la transpiration vers l'extérieur.

    Beaucoup de marques vendent des cuissards avec du silicone présent sur le bas autour des cuisses évitant la remontée du cuissard durant l'effort. Quelques bandes réfléchissantes présentes sont un plus pour la visibilité réduite de l'hiver.

    N'empilez pas des couches succesives, il vaut mieux se payer une culotte efficace plutôt qu'une culotte d'été avec une longue par-dessus. Cela défavorise la respiration. Enfin coté prix, la qualité se paye !

    La veste thermique

    L'équipement hivernal du cycliste

    Optez pour une veste thermique légère, étanche et coupe-vent. L'apparition des tissus techniques depuis quelques années a rendu plus efficace la ventilation, le confort, la légèreté des vêtements de cyclisme.
    Une ouverture centrale entière sur l'avant est le meilleur compromis pour une veste. Il permet d'ouvrir en plein et d'optimiser la ventilation lors d'ascension de cols. Les petits plus sont des ouvertures sur les cotés pour permettre la ventilation. Un col haut est un excellent critère.

    Des poches à fermeture éclair dans le dos sont très pratiques. Choisissez votre veste avec de grandes poches pour l'hiver, car vous devrez embarquer beaucoup plus de matériel. Gants, bonnets, chambres, pates de fruits, …

    La présence d'un silicone sur le bas du maillot évitera la remontée de celui-ci. Choisissez une veste avec des parties réfléchissantes.

    Le maillot de corps

    Depuis quelques années, les progrès constatés des matériaux ont fait apparaitre dans le commerce des tissus techniques, très légers et performants.
    Ces tissus ont pour principales caractéristiques l'amélioration de la ventilation du corps, le maintien à bonne température. Ils se portent près du corps, un col haut n'est pas forcément l'idéal si vous possédez déjà une veste avec col haut serré. Pensez que le coup est un peu serré par plusieurs couches et compresse le sang.

    Puis-je rouler avec un maillot de corps et une veste thermique seulement ?
    L'apparition des tissus techniques est une révolution dans le milieu sportif depuis plusieurs années. Il est inutile de s'axer sur le nombre de couches portées, mais bien sur la qualité des vêtements.

    La matière des maillots de corps est faite pour mieux évacuer la transpiration et réguler au mieux la température de votre corps. Garder votre corps au sec sans de grosses goutes d'eau qui dégoulinent durant l'effort est une sensation agréable de surcroit, mais surtout permet d'enlever une partie froide durant la descente. Les maillots sont faits pour ventiler et toute couche supplémentaire située sur le maillot autre que la veste ne permettra pas d'évacuer la transpiration correctement. Privilégiez donc un maillot de corps + une veste de qualité.

    Les gants

    L'équipement hivernal du cycliste

    Lorsqu'il fait froid, les doigts sont fortement sollicités durant les sorties hivernales. Optez pour des modèles chauds, résistants à la pluie et ventilant. Vous trouverez dans le commerce des marques qui fabriquent des gants simili moufles avec deux parties. C'est confortable, mais forcément un peu moins pratique au niveau du pilotage. Disponible à l'achat aussi, des petites chaufferettes qui se glissent dans les gants. Bien agréable !

    >> Dossier : Choisir des gants de vélo et gants de VTT

    Les chaussettes

    Hautes et chaudes, optez pour un modèle ventilant, plus épais et confortable. Ne négligez pas le confort, avec une épaisseur sur les points de frottements. Ne roulez pas avec les pieds mouillés, c'est un risque majeur d'irritation.

    Les chaussures

    L'idéal est d'avoir une seconde paire réservé pour l'hiver pour les déformer un peu. Vous trouverez des chaufferettes qui se glissent dans les chaussures, idéal pour les longues sorties.

    Les surchaussures

    L'équipement hivernal du cycliste

    Eléments indispensables en hiver car les pieds sont fortement sollicités par temps froid et reçoivent les projections par temps de pluie. Choisissez des modèles étanches au vent et à la pluie. Préférez de la qualité, prenez le temps de comparer et d'essayer.

    Les lunettes

    L'équipement hivernal du cycliste

    Conseillées car elles protègent vos yeux. Optez pour un modèle performant de catégorie 3 minimum. Elles doivent bien tenir sur le nez et sur la tête, ne pas trop serrer, bien ventiler.
    En hiver elles protègent du froid et du vent.

    >> Lire notre dossier :
    Choisir des lunettes de soleil pour le cyclisme

    Le bonnet de casque

    L'équipement hivernal du cycliste

    Casque obligatoire aussi, pas question de supprimer le casque en hiver et de porter un simple bonnet. Sachez que les possibilités de chute en hiver sont plus importantes. Optez pour un bonnet de casque, en matière fine. Il protège votre front et vos oreilles.

    Attention néanmoins l'audition est légèrement réduite et par conséquent votre vigilance aussi !

    >> Lire notre dossier : Comment choisir son casque de vélo ?
    >> Dossier : Equipez votre vélo pour la période hivernale

    c'est un investissement à long terme.

    Rédigé par : , Directeur de la publication, consultez son site Internet : http://www.nutri-cycles.com

     

  • Le 200 du 31 décembre 2012

    Comme chaque fin d' année  et ce depuis le passage à l'an 2000, je

    termine l'année sur mon vélo en effectuant la reconnaissance du Brevet

    Randonneur Mondial de 200 km organisé par mon Club Union Audax Tournai

    qui aura lieu le 13 avril 2013 au départ du local. 

     

    DSCF0615.JPG

     

     

    DSCF0614.JPG

    Cette maison de quartier de Warchin, notre local, si bien décorée par le groupe

    de bénévoles dont notre Président Michel Duhaut dit "moustache" et ses amis

    parmi lesquels un autre audax José Lelangue très dévoué pour le Club.

    Merci à eux et à toute l'équipe.

     

    DSCF0627.JPG

    Comme organisateur et préparateur des BRM (brevets longues distances), j'ai

    le choix parmi de nombreux circuits préparés à l'origine par feu Raymond

    Vallée et un ancien audax Georges François.  Sur la base de ces circuits, libre

    à moi de rechercher et de trouver des routes agréables pour la pratique du vélo

    et la Thiérache et l'Avesnois sont des régions vraiment faites pour le vélo.

    Petites routes tranquilles, très peu de circulation et qualité du revêtement

    irréprochable à part la petite partie (en Belgique)Criant le long du canal pour arriver

    à Hensies mais "ça passe" sans trop de problème. Comme ce sont des chemins

    de halage, je ne sais trop à qui incombe l'entretien de ceux-ci à ceux qui savent

    de me dire si il y a possibilité de remédier à cette situation (en Flandres, ces

    routes sont sans reprocheEmbarrassé). 

    200 2013.JPG

    7 personnes présentes au local à 07.45 h, en effet, le départ est prévu à

    08.00 h. Michel, André et "moustache" sont de la partie mais pour nous tenir

    compagnie jusque Quiévrain, merci à eux pour cet encouragement et ce bout

    de chemin.

     

    200 NOUVEL AN 2013 2.jpg

    Nous serons 4 à tenter le défi :

    de gauche à droite     Damien Jérôme    (Audax Tournai)

                                    votre serviteur danicau (vieil Audax Tournai)

                                    Philippe Beyaert (Président club de Lincelles)

                                    Ghita appelez la Rita (Audax Tournai), elle fait

                                    de la route depuis juin 2012 !!!!!!!!!!!!!

    Ce petit bout de femme vit pour le vélo et sa préparation à la route est due

    en grosse partie à ses séances de RPM (vélospining) au club tournaisien de

    Fit for Fun. 

     

     

    DSCF0618.JPG

    A signaler bien sur, les précautions à prendre point de vue sécurité car les 

    journées sont courtes et gilet fluo et éclairage sont nécessaires.  D'autant

    plus que en cette période le soir est là dés 16.30 h heure à laquelle si tout

    se passe bien il nous restera une bonne cinquantaine de bornes.

     

    Si tout va bien et oui, il fait sec mais le VENT est présent avec beaucoup de 

    force et si vous regardez la carte ci-dessus, vous constatez que nous 

    descendons Sud Est donc avec éole de face (ça vous réveille croyez-moiIncertain).

     

    Michel Cordier en vieux baroudeur donne de bons conseils à Ghita pour éviter

    de trop se fatiguer et garder des forces pour atteindre Maroilles où là les 

    conditions seront moins défavorables, mais nous aurons encore ce vent de côté

    pratiquement jusque Arleux.

     

    Ci-dessous quelques bons conseils pour ne pas trop de fatiguer dans pareille 

    situation : 

    l' ennemi le plus redoutable pour un cycliste est le vent de face(dans les conditions atmosphériques normales).

    D' ailleurs dans le jargon cycliste,l' on entend des cyclistes dire: aujourd'hui j' ai pas donné un coup de pédales.(quand ils sont restés à l' abri dans le peloton)
    C' est vraiment une image car faire 200 à 250 kms à plus de 40 kms/h de moyenne sans pédaler serait vraiment un exploit.

    Quand on regarde un vol de canards,on remarque qu' ils volent en V,ils ont d' ailleurs l'instinct pour s' abriter au maximum.

    Pour s' abriter au maximum du vent,c' est relativement simple.

    D' abord savoir d' ou vient le vent,ces indications sont fournis par les feuillages,s' il ne bouge pas= pas de vent ou sinon il est sensible au vent et vous donnera l' indication du sens d'ou il souffle.

    SI LE VENT EST DE FACE:
    simple,il suffit de rester derrière,le plus près possible de votre ami,attention de ne pas toucher la roue arrière,c' est celui qui touche qui chute.

    POUR LES DEUX AUTRES SENS,les coureurs utilise l' éventail,l' un à coté de l' autre d'un bord à l' autre de la route.

    SI LE VENT VIENT DU COTE DROIT:
    Il faut vous mettre à sa gauche,le plus près de lui et dès que vous avez l' abri maximum(plus l' impression de sentir le vent,vous aurez trouvé votre place).

    SI LE VENT VIENT DU COTE GAUCHE:
    Il faut vous mettre à sa droite,le plus près de lui et dès que vous avez l' abri maximum(plus l' impression de sentir le vent,vous aurez trouvé votre place).

    IMPORTANT:
    Ne pas faire de relais trop long,(au gout de chacun mais100 à 200 mètres au plus c' est bien).

    QUAND ON PREND UN RELAIS,ce n' est pas celui qui prend le relais qui accélère,mais c' est celui qui est devant qui coupe un peu son effort.(l' avancement du groupe ne doit pas s' accélérer au passage de relais).

    Un petit arrêt imprévu mais nécessaire à Bavay au km 53 pour nous permettre

    de souffler (c'est le cas de le dire) un peu et manger un petit bout.

    Un petit coup de barre de Ghita dans la côte à la sortie de Berlaimont et une

    fuite de Damien dans le hameau de Hachette (à 3 km de Maroilles) ne nous

    contrarient pas et nous arrivons au km 78. 

     

    DSCF0621.JPG

     Contrôle à Maroilles où nous cassons la croûte sans manger de fromage,

    Nous sommes en retard sur le tableau de marche (12h42) et il est 13h15,

    normal avec les conditions, cela devrait s'améliorer le vent sera de côté, on

    se remonte le moral et on repart dans de bonnes conditions (toujours du temps

    sec Sourire).  

     

     

    DSCF0623.JPG

    Les conditions plus favorables nous amènent au 2éme Contrôle à Carnières

    au km 114, nous avons repris un peu de temps et le moral est au beau fixe,

    Au point de contrôle, des personnes se préparent (déjà) pour le passage à

    l'an 2013 et finissent quand même par nous croirent "vous retournez en

    Belgique ????????" et oui, allez on a fait plus de la moitié et dans 30 km le vent

    sera tout-à-fait favorable, que demander de plus Langue tiréeRigolant.

     

    DSCF0625.JPG

    Arleux km  140, point de contrôle mais tous les commerces sont fermés, et

    nous nous contenterons d'un arrêt au bord de la route, on recharge les

    batteries en dur et en liquide et on s'habille pour affronter le noir (gilet et mise

    en route de l'éclairage).

    Rumes km 182 , il commence à pleuvoir Criant, il reste 18 km pour l'arrivée à 

    Warchin, je décide de faire le point, en effet, j'ai prévu de faire un dernier

    contrôle (pour le brevet officiel du 13/04/2013) à Lamain vu les conditions

    (pluie) et la fatigue (normal hors saison kilométrage et heures de selle) nous

    rentrons directement par la chaussée de Douai et en réalité comme nous

    venons prendre le départ à Warchin en vélo nous avons tous plus ou moins

    210 km au compteur à part Philippe qui venu de France en voiture a quand 

    même un petit 200 km.

     

    Et voilà encore une belle dernière pour 2012 en attendant la reprise officielle

    et une bonne saison 2013.

    Merci à Philippe, Damien et Ghita qui en était à son premier 200..............

    Merci aussi à Jean Paul Delille qui a pris quelques photos au départ à

    Warchin.

     

    On ne peut qu'encourager Damien et Ghita, c'est de bonne augure pour la

    relève des Randonneurs longs cours aux Audax de Tournai.

     

    A toutes et à tous, encore mes meilleurs voeux pour 2013 et plein de bonnes

    choses à vous tous.